Un livre-revue en 2016 “Femmes de la terre”

 

“Salut les Odettes ! Alors, vous voilà de retour avec de nouveaux défis ?”

Et oui après avoir pendant 6 ans arpenté nos contrées, vous avoir conté avec humour nos rencontres, toutes ces initiatives positives liées à ce territoire rural que nous habitons, nous avons eu envie de vous offrir encore plus…

Le format magazine nous a permis de vous transmettre plein d’expériences, nos vécus tout au long de nos interviews… De vous montrer comment notre collectif évoluait, les parcours individuels et le parcours collectif… et puis, nous avons retrouvé le chemin de l’emploi. Difficile de garder le temps pour réaliser ce magazine tous les 6 mois… Nous avons pris une année pour réfléchir à la suite ! Alors pourquoi pas continuer mais autrement ?

En exclusivité, voici la Saison 2 d’Odette : un collectif de femmes rurales engagées, un réseau de femmes, une vigilance sur les sujets liés à l’égalité femmes-hommes et sur la ruralité, des témoignages et de l’essaimage auprès d’autres structures et collectifs, de l’écriture et des partenariats, notre chronique dans le magazine “Femmes Ici et Ailleurs”… Et davantage de présence sur le terrain grâce à un livre-revue !

Lire la suite

TERRA incognita…

Rencontre avec TERRA (Tout en récup’ et recyclage artistique)

Un reportage d’Annie Forot, dans le cadre de l’article « Poubelle la vie » paru dans « Femmes ici et ailleurs » du printemps 2016. 

Patrick Bride et Isa Digue me reçoivent dans leur atelier à Lunel-Viel.  Un gentil vrai chien m’accueille avec quelques aboiements de convenance, tandis qu’un chien fait d’un extincteur et de ferrailles judicieusement assemblées monte la garde devant le petit jardin. Devant le portail, un bac de récupération pour les bouteilles en plastique donne le ton.

DSC08786

Lire la suite

Ensemble décrochons la lune !

bandeau-mailDU 1e AVRIL AU 16 MAI 2016,

SOUTENEZ LA CAMPAGNE DE FINANCEMENT PARTICIPATIF D’ODETTE !

Votre défi, si vous l’acceptez : récolter 15 000 euros en 45 jours !

Attention, c’est parti !

Alors, les Odettes, vraiment, vous vous lancez dans une campagne de crowdfunding pour pré-vendre la future revue dont vous rêvez ? »

http://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/odette-revue-rurale-mais-pas-ringarde

Yes, we have a dream. On assume. On carbure même à l’essence de rêve ! Et cette fois encore, on vous propose de nous suivre…  De toute façon, qui aurait cru que nous publierions un magazine, deux magazines, six magazines en six ans ?  Qui aurait cru qu’un collectif de femmes ardéchoises tisse des liens, de l’échelle locale à l’échelle nationale avec tant d’individuels mais aussi de collectifs, de réseaux, de pros, d’associations, d’artistes en tout genre et de créatifs tous azimut ! Nous, on y croyait ! Et vous nous avez toujours suivies, parfois devancées :

“-Et les Odettes, ça vous dirait pas de venir nous raconter votre histoire ?”

“-Vous êtes sûr ?”

“-Oui, oui, venez. Rêvons ensemble !”

Et la magie opère… au delà de nos espérances.

Alors, en 2016, nous nous sommes lancées dans un beau défi : prévendre suffisamment de revues pour pouvoir maintenir nos trois emplois, déménager nos bureaux, proposer de plus en plus d’événements dans nos réseaux et puis… enfin, essaimer notre aventure et notre démarche auprès d’autres collectifs !

On vous concocte une revue « Femmes de la Terre » pour aller à la recontre de celles qui vivent autour et par la terre, que ce soit du jardin à l’assiette, mais aussi autour de métiers émergeants et innovants dont on entend peu parler, le tout à la sauce et au ton Odette.

Donc, on a besoin de vous ! Devenez contributeurs de notre campagne et recevez notre superbes contreparties à partir de 10%, diffusez notre message dans vos réseaux, dans les réseaux de vos réseaux, dans les boîtes aux lettres des voisins ou en parlant avec votre cousine… 

MERCI du fond du cœur !

Les Odettes

Un jour au ministère – 2

Stephanie Seydoux2Etant d’indéfectibles curieuses, nous avons eu envie de poser nos questions à Stéphanie Seydoux, Cheffe de service des droits des femmes, en charge des journées du réseau des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes. Elle a eu la gentillesse de nous répondre, et nous la remercions pour ce complément indispensable à notre passage parisien ! 

A quoi servent ces journées d’action regroupant les chargées de mission de la France entière ?

Le service des droits des femmes organise deux rencontres par an avec les délégué.e.s régional.e.s, les délégué.e.s régional.e.s adjoint.e.s et les délégué.e.s départemental.e.s afin de faciliter l’échange de bonnes pratiques et d’expériences autour des trois axes de travail :

  • Piloter et accompagner le réseau,
  • l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes,
  • l’accès aux droits, la lutte contre la prostitution et la lutte contre les violences.

Ces journées de partage permettent aussi de mutualiser les ressources et de faire connaître les dispositifs mis en place au niveau national et dans les régions et départements. Elles ont enfin été l’occasion de réunir des acteurs, institutionnels et associatifs, qui œuvrent ensemble pour les droits des femmes.

Lire la suite

Un jour au ministère…

Deux Odettes voyageuses devant un grand bâtiment imposant : bienvenue devant le ministère des affaires sociales et de la santé ! C’est là que nous témoignons dans le cadre des Journées du réseau des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Une salle dans un dédale de couloirs, , la présence bienveillante de Stéphanie Riquart, adjointe de la cheffe de service de droit des femmes et animatrice de l’atelier, quelques minutes pour se préparer, puis une trentaine de déléguées s’installent, dans une écoute attentive.

Et voilà Hélène en train de raconter l’histoire des Odettes.

Son défi ? Elle a quelques minutes pour résumer une aventure qui a duré six ans ! Notre film passe en un éclair. Les applaudissements fusent, nous sommes émues et nous avons une pensée pour nos Odettes, là-bas à la maison. Quelques mots et tout y est : la démarche appréciative, la force d’un collectif atypique, le chemin parcouru : 6 magazines en cinq ans pour faire découvrir les initiatives positives de la ruralité et retrouver le chemin de l’emploi. Notre envie de continuer l’aventure, le déploiement de notre réseau de femmes, notre volonté de porter la voix des femmes rurales pour faire évoluer les regards et les stéréotypes. Bip bip bip… Le temps est écoulé.

Lire la suite

Angèle : “Galettes et palettes”

On retrouve des palettes dans sa crêperie, elle les a transformées en étagères, porte revues… et même des jardinières verticales qui nous ont intriguées ! Angèle joue de la scie sauteuse et décline des formes nouvelles au gré de son inspiration dans un geste sûr et spontané.  

  • Une artiste de l’upcycling

Angèle est une jeune femme débordante d’énergie qui nous reçoit au dessus de la crêperie qu’elle a créée avec Julien, son mari en plein centre de Désaignes, dans une maison en pierre.

Originaires de Bretagne, ils savaient vouloir monter une crêperie. Où ? Ils cherchaient pendant leurs vacances et préparaient soigneusement le projet sur le papier le reste de l’année. 5 ans de réflexion… Et puis, ils ont visité cette maison : une heure après ils faisaient une proposition au propriétaire, ils s’y voyaient. Lire la suite

Troqueurs de graines !

Envie de partager vos belles colorées du jardin ?

troc-2016-9Ravies de disséminer ces graines de tomates que vous avez bien adaptées à notre terre ? Besoin de limiter les envahissantes en les refilant aux copains qui doivent, eux,stabiliser leur talus ? Enchantées de donner des boutures comme vous en aviez reçues quand vous avez débuté en jardinage ? Apaisées de faire partie d’une communauté de personnes qui aiment le végétal et le partage ? Convaincues que le changement du monde passe par une foule de petits gestes si simples et agréables ?

Vous vous y reconnaissez ? Alors c’est que vous étiez samedi 5 mars au “troc aux graines et  plantes“ organisé par Transilience 07 et Grains d’ici.

C’est vous qui donniez des conseils pour soigner ce géranium Rosae ? A moins que patiemment vous extrayiez le jus d’orge pour le faire goûter ? Ou que vous ayez amenés des biscuits, des “Granola”, des gâteaux, galettes, crêpes, tartinades végétales, en partageant vos recettes ? Ah, vous nous enchantiez d’une farandole de notes au soleil avec vos amis musiciens !

Et tout ce petit monde a passé un chouette moment, a promis de se revoir, avec d’autres idées. Cela ne vous suffirait pas ?

Annie M.

Circée Peloux – L’épée et la plume 2

circee web 4Circée Peloux, escrimeuse et bloggeuse à Tournon-sur-Rhône

Quelle poulette êtes-vous ?

Une poulette douce-barbare. J’aime bien ce qui sort du commun et faire des fois des blagues débiles. Il ne faut pas se prendre trop au sérieux.

Quels sont les atouts de votre zone de vie ?

La proximité du club d’escrime, à 5 minutes en voiture.

Qu’est-ce pour vous qu’une femme rurale ?

Le mot rural ne me parle pas trop, c’est un mot trop galvaudé et je n’aime pas les étiquettes. Je pense que je suis “rurale” dans le sens où je ne peux pas me passer de la campagne. Une femme rurale est comme les autres, ni mieux ni moins bien. Je fais autant de choses à Tournon que ce que j’en ferais dans une grande ville. Par rapport au handicap, je pense que c’est plus difficile à la campagne où le regard des autres est plus “pesant”; en ville on est moins remarqué.

Que souhaitez-vous pour demain ?

Une médaille d’or aux J.O. de Rio !

C’est très particulier d’avoir trouvé un domaine où je peux me donner à fond et où je reçois aussi beaucoup. J’arrive à oublier que j’ai mal !

Quel message aimeriez-vous faire passer aux femmes ?

Je ne me sens pas le droit de donner un conseil. Peut-être ma phrase fétiche de John Campbell : « Nous devons être prêts à nous  débarrasser de la vie que nous avions prévue, de manière à avoir la vie qui nous attend”. Je dirais aussi :”Soyez vous-même, laissez vous emporter par la magie. On peut avoir une très mauvaise confiance en soi et avancer quand même.”

 

Circée Peloux : L’épée et la plume – 1

Circée Peloux, escrimeuse et bloggeuse à Tournon-sur-Rhône

circee web 3Circée  nous reçoit  dans son appartement  à Tournon et nous nous installons sur le balcon, tandis que ses chats font de l’acrobatie sur la rambarde. Rencontre avec une magicienne qui, d’un coup d’épée, vous transforme en gens bons.

Quand Circée Peloux a rencontré l’escrime -un peu par hasard- dans un forum des associations à Tournon, elle ne pouvait imaginer quel tournant sa vie venait de prendre… Elle a essayé et ça lui a plu, d’autant que le club pouvait recevoir des personnes en fauteuil roulant et a tout mis en oeuvre pour adapter ses pratiques. Plus tard, elle a rencontré Caroline, son coach actuel, qui lui a proposé de se lancer dans la compétition, avec pour objectif une médaille aux Jeux Olympiques de Rio en septembre 2016 !

“Je n’aurais sûrement pas le même rapport à l’escrime sans le handicap, je ne l’aurais peut-être même pas connu, car c’était le théâtre qui m’attirait davantage. J’aime bien le mélange entre personnes handicapées et personnes valides dans les entraînements et les compétitions d’escrime. C’est le seul sport à ma connaissance où ce sont les valides qui s’assoient dans un fauteuil pour “tirer” à égalité avec  la personne “handi”. Je me sens présente et acceptée dans les deux mondes.“

Après une enfance ardéchoise et des études d’éducatrice à Strasbourg, Circée a travaillé comme éducatrice en foyer dans le Gard et en Lozère, avant de revenir au pays comme directrice de la crèche du Mazet Saint-Voy. Mais quand à 25 ans, une sclérose en plaque se déclare, elle résiste : d’abord en mi-temps thérapeutique, elle change ensuite complètement de vie, devenant chargée de communication pour un groupe de musique à Saint-Etienne, avant de devoir renoncer à nouveau… Elle entre alors en formation de médiateur familial, mais là encore sa santé l’oblige à interrompre son activité. Il lui faut alors du temps pour se dire :” D’accord, je ne travaillerai plus, je dois arrêter de tout baser sur la recherche de travail.  C’est l’escrime qui me porte maintenant, l’escrime et l’écriture.”

Aujourd’hui, Circée écrit pour “Cover dressing” en tant que critique de cinéma et elle écrit également sur son blog doucebarbare.com.  “La maladie n’a pas changé ce que je suis, mais a amené des nuances, des couleurs différentes. Oui, ça donne une relativité et un amour encore plus grand pour les gens, pour tous les gens.”

Le temps est suspendu, nous sommes sous le charme de cette belle et attachante personne, à qui nous souhaitons sincèrement une médaille d’or aux J.O. Dans ce but, elle a créé l’association “L’épée de Circée”, que l’on peut voir sur facebook.

circee web 2  circee web

Liens :

https://www.facebook.com/lepeedecircee

http://www.coverdressing.com/

http://doucebarbare.com/

Des Odettes, Femmes d’ici et d’ailleurs – J-21 : FAIRE-PART

C’est avec la plus grande fierté que nous vous annonçons la naissance
D’un beau bébé de 2 pages.
A partir du 1e décembre paraîtra une Chronique des Odettes dans le magazine Femmes Ici et Ailleurs.
Sa petite sœur Odette est très contente !
Nous vous tiendrons au courant de cette nouvelle aventure…
Nous comptons sur vous ! Soutenez-nous. Abonnez-vous !

carole oeuf