La Pensée Positive

“Tout va très bien, madame la marquise !”

 Question de Gisèle :
Mon entourage me dit que si je pense de façon plus positive, mes problèmes vont disparaître. Personnellement, je pense que ce n’est pas en ignorant les problèmes que la situation va s’améliorer, bien au contraire… N’est-ce pas une façon naïve, voire hypocrite, de voir la vie ?

Réponse de Saskia :
Je suis tout à fait d’accord avec votre réflexion. La pensée positive n’est pas si simpliste. La puissance de la pensée positive peut être très forte et peut changer notre regard sur notre vie… C’est un vrai travail sur soi, sur sa façon de voir le monde, que l’on peut faire soi-même ou qui nécessite parfois l’aide des autres.

—————————————————————————————————————————————–

Changeons le regard porté sur la vie.

Penser positif n’est donc pas fermer les yeux et prétendre que tout est possible. Au contraire, c’est un outil pour mieux se connaître, et s’autoriser à devenir ce que nos talents rendent possible. Par exemple, si je rêve de devenir musicien, chercher un bon prof va m’aider… mais ne me transformera pas en star, si je n’ai pas ce talent là !

Ainsi, nous apprenons à reconnaître et accepter nos propres limites. Cette acceptation nous aide à comprendre qu’il n’y a pas qu’une solution, mais souvent de multiples façons de travailler sur un problème, et nous permet d’aller chercher la solution qui nous convient le mieux, en faisant face aux difficultés. Changer “j’ai trop de problèmes” en “je n’ai pas de problèmes” ne marche pas… tandis qu’essayer “je peux trouver des solutions pour mes problèmes -seul ou avec l’aide des autres” est déjà plus réaliste et positif.

La pensée positive est un outil pour prendre en charge nos pensées, tout en restant réaliste sur ce qui est possible.

Ne nions pas les problèmes

Au contraire, restons réalistes, sans fermer les yeux sur le négatif, mais en nous concentrant sur les solutions possibles, plutôt que de ne voir que les obstacles. En apprenant à mieux nous connaître,  nous apprivoisons nos peurs et les limites que nous nous auto-imposons, pour aller vers nos objectifs et améliorer notre façon de vivre.

Ainsi, Ludivine pensait ne pas pouvoir trouver de travail, car elle ne peut pas conduire pour des raisons de santé.  Elle est passée de “je ne peux pas travailler car je ne peux pas conduire” à “j’accepte que je ne peux pas conduire, et je vais trouver une solution pour que la mobilité ne soit pas un obstacle dans ma recherche de travail”. Aujourd’hui, elle travaille loin de son domicile grâce au covoiturage. La pensée positive n’a pas été de s’imaginer qu’elle pourrait avoir le permis un jour, mais d’envisager différemment le problème sur lequel elle pouvait avoir une action, sa recherche de travail.

Acceptons nos émotions

Reconnaissons et acceptons nos sentiments -positifs et négatifs- pour changer nos habitudes et trouver une vraie harmonie intérieure. Quand on pense positivement, on se donne le droit d’être en colère/triste/d’avoir eu tort/d’oser dire non… On apprend à poser ses limites et à gérer son énergie. On ose prendre soin de soi et formuler ce dont on a besoin, sans ressentir le besoin de se justifier en permanence. On n’a plus peur de dire “je ne veux pas/je ne sais pas/je ne peux pas…”, car on apprend à décrypter ses sentiments et à les exprimer calmement. Ce choix d’assumer nos talents, mais aussi nos défauts, nous aide dans nos relations avec les autres. Quand on commence à accepter davantage de soi, on se met à mieux accepter les autres. On apprend à vivre avec le fait qu’on n’est pas parfait… tout améliorant notre confiance en soi !

Sachons nous faire aider

Amis, famille, collègues ou aide psychologique peuvent nous aider, parfois même par une simple réflexion. Savoir demander de l’aide n’est pas toujours facile, et ne signifie pas laisser les autres trouver la solution pour nous, mais au contraire, verbaliser ce dont on a besoin. Nous pouvons aussi nous appuyer sur le collectif pour avancer, en ayant conscience qu’on n’est pas indispensable et en apprenant à déléguer.

Remettons-nous en mouvement.

Penser positivement ou négativement donne une direction à notre vie. C’est une façon d’apprécier une situation sous l’angle qui nous donnera la motivation de progresser et de devenir l’auteur de notre propre bonheur.

“Life is what happens to you while you’re busy making other plans”**, John Lennon.

** “la vie, c’est ce qui arrive pendant que vous êtes occupés à planifier autre chose” (John Lennon)

Petits exercices pratiques  :

Il s’agit d’abord d’un vrai travail de recherche sur soi pour trouver les pensées positives qui nous correspondent et  auxquelles on peut CROIRE.

Ainsi, il me sera difficile de dire ”je suis en pleine forme” si je suis malade. Il serait sans doute plus efficace de penser “je prends soin de moi.”.

Une pensée positive est formulée dans le PRÉSENT et sans négation, même lorsqu’on évoque un sentiment négatif… Elle est dite sans agression, dans la douceur.

Exemples de pensées positives pour tous les jours : “J’ai le droit d’être fâché”, « J’ai parfaitement ma place dans ce monde”, “Je prends le temps d’écouter mes émotions pour mieux les comprendre”, “j’ai toutes les ressources en moi pour réussir ce que j’entreprends”, “J’accepte le passé et poursuis mon chemin”, “J’écoute ma voix intérieure, et j’agis lorsque c’est nécessaire”.

Et vous, quelle serait votre pensée positive ?

Pour posez vos questions à Saskia : Odette@odetteandco.com

Laisser un commentaire